Histoire biblique : la vie paradoxale de l’Apôtre Paul

L’Apôtre Paul est né vers l’an 8 de notre ère à Tarse, ville située au sud de l’actuelle Turquie, au début de l’ère chrétienne dans une famille juive comme l’indique Actes 21.39. Il serait donc d’une dizaine d’années, plus jeune que Jésus de Nazareth.

Sa vie familiale

Quand l’Apôtre Paul apparaissait dans le récit des Actes des Apôtres, il avait déjà 30 ans. Son père était alors Pharisien. Hébreu de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, il est circoncis le 8ème jour dès sa naissance. Appartenant à une noble famille à cette époque, comme profession, il était un grand fabricant de tentes selon Actes 18 le verset 3.

Son portrait physique

 Comme autres précisions, les Actes des Apôtres, rédigé vers le milieu du 2e siècle, nous donnent un net portrait de sa personne : « On vit venir Paul, un homme de petite taille, à la tête dégarnie, les jambes arquées, vigoureux, les sourcils joints, le nez légèrement aquilin. » À travers les siècles, la tradition a conservé cette image de Paul : petit, maigre, énergique, chauve et barbu. Malgré son aspect fragile, il était d’une endurance à toutes épreuves.

Le règne politique de son époque

Sa vie s’est déroulée sous le règne de cinq empereurs à savoir : Auguste, Tibère, Caligula, Claude et Néron. Parmi eux trois vont devenir de véritables monstres sanguinaires pour lui parce que plusieurs fois incarcéré.

Rappelons toutefois, qu’il a fait ses premières études à Tarse, sa ville natale, et ensuite il a étudié à Jérusalem, avec le professeur juif le plus connu de son temps : Gamaliel. Élevé dans un strict judaïsme, Paul a été un excellent théologien, intelligent et cultivé.

Sa formation et ses compétences

Paul parlait quatre langues : l’Araméen, l’Hébreu, le Grec et probablement le Latin. L’araméen était sa langue maternelle et le grec celle de Tarse et de l’Empire. Il connaissait très bien l’hébreu, la langue des Saintes Écritures. Citoyen romain, il parlait sans doute la langue des maîtres de l’Empire.

Il avait étudié la philosophie et la littérature de la Grèce, il excellait en géographie, en navigation et en sport. Une fois sa formation terminée auprès de Gamaliel, cela lui a vaudra de devenir Pharisien. À partir de là  son zèle devient excessif pour la défense de la tradition de ses pères. Il se met alors à persécuter l’Eglise.

Un ennemi acharné des premiers chrétiens

Paul participe à la lapidation d’Étienne, l’un des disciples de Jésus-Christ. Connu sous le nom juif Saul de Tarse, il sera nettement arrêté par le Seigneur sur le chemin de Damas où il s’y rendait pour l’assaut final. Alors qu’il s’apprête à anéantir les derniers amis de Jésus, advient un événement qui le marquera à vie. Sa destinée va être bouleversée.

Sur la route de Damas, il est ébloui par une lumière venue du ciel, saisi par une voix, violemment jeté à terre comme on le dit bien dans Actes 9.4 : « Il tomba par terre et entendit une voix qui lui disait : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? »

Aveugle, il est conduit à Damas dans la maison de Judas. Trois jours plus tard, après avoir pesé le pour et le contre de la menacé de cette cécité, Saul de Tarse se convertit au christianisme au détriment du judaïsme.

Paul, un des plus grands rédacteurs du nouveau Testament

Le fruit de sa transformation

Aussitôt converti, Paul devient un véritable architecte de l’évangile entant que missionnaire et épistolier inlassable. Plein de courage mettant souvent  sa vie en danger, il a parcouru toutes les grandes villes d’Asie Mineure et de la Grèce.

Paul n’a donc pas cesse de propager la bonne nouvelle de la résurrection de Jésus, mort crucifié à Jérusalem jusqu’à sa mort. Paradoxalement, il s’est totalement mis au service de ce Jésus, qu’il n’a pas connu.

Sa joie, est d’annoncer et de vivre pour lui tout comme  son rêve est de Souffrir et mourir pour lui. Avec lui, l’évangile s’est propagé comme une traînée de poudre. Par ses livres épistolaires nous devenons, dans le souffle du l’Esprit saint, des hommes nouveaux et des femmes nouvelles en Jésus Christ. 

Ainsi, les écrits l’Apôtre Paul constituent la plus grande partie de la bible. C’est en l’an 67 à Rome, en Occident qu’il est mort. Paul reste donc de tous les temps un apôtre « qui a combattu le bon combat » pour remporter la couronne de gloire en Jésus-Christ. » Qui comme Paul veut vivre l’annonce de l’évangile de cette manière ?

Saint Bénifils

Source : Wikipédia et Dictionnaire biblique

Crédit photo : Facebook « Les Guerriers de l’évangile » et « biblique.fr »

Commentez cet article!

A propos Salle des nouvelles 42 Articles
La Salle des Nouvelles de la Radio Éclat vous apporte en tout temps, toutes les dernières actualités chrétiennes du monde en multimédia.